et alimenté l'industrie des fabricants de perruques
by ovajiang
 ovajiang
Dec 27, 2016 | 4892 views | 0 0 comments | 50 50 recommendations | email to a friend | print | permalink
Avant l'arrivée des cheveux synthétiques, les naturelles étaient de l'or et alimenté l'industrie des fabricants de perruques. Hercules Pasero, 89 ans, rappelle la période où l'Italie s'est tournée à essayer de persuader les femmes de se couper les cheveux, en leur donnant en échange d'argent ou de tissus. L'artisanat des cobayes, ou chasseur de cheveux, a longtemps disparu, mais rappelez-vous il ya un petit musée, qui est situé à Elva, le village où il vit dans le Cuneo Pasero. Il parle Amedea Franco dans l'article "Le dernier chasseur de cheveux" (de La Stampa le 19 avril).



Soixante-dix ans, les chansons érotiques, de "Je t'aime ... moi non plus" à "The First Time"

Même si aujourd'hui ne soulève plus de scandale, quand il sortit en 1969, la chanson Je t'aime ... moi non plus chanté par Serge Gainsbourg et Jane Birkin, a été interdit de la radio et la télévision d'Etat en Italie et au Royaume-Uni. Plus tard, la chanson deviendra un symbole de la révolution sexuelle, donnant lieu à tout un courant de chansons érotiques, allant de la simple émulation ou parodies du chant de Gainsbourg, des chansons sexy pleines de gémissements et de soupirs, à la contamination par la danse musicale et salon. Un genre musical particulièrement apprécié en Italie Wigsfr.com, raconté par Fabio Casagrande napolin dans son livre "Orgasm song. Sex, music and sighs" (Éditions Free Flight, 398 p., 22,00 €)





Accidents de la circulation: Napoli bat Roma 11 à 1. Ils sont les "smart guys dell'incidentino"

Selon les données officielles du ministère de la Justice sur le travail des juges de paix, le district judiciaire de Naples a enregistré un nombre d'accidents de la route par habitant unique et une fois et demie plus élevé qu'à Rome et cent cinquante fois plus Trentin-Haut-Adige. Ce sont ceux que Gian Antonio Stella appelle "L'astucieux dell'incidentino" (de la revue Sept du 22 avril)
Comments
(0)
Comments-icon Post a Comment
No Comments Yet